2019-05-06

Fragments II

{{DEFAULTSORT:Maciunas, George}}
[[Catégorie:Marchand d'art américain]]
[[Catégorie:Fluxus]]
[[Catégorie:Naissance en novembre 1931]]
[[Catégorie:Naissance à Kaunas]]
[[Catégorie:Décès en mai 1978]]
[[Catégorie:Décès à 46 ans]]
[[Catégorie:Mort d'un cancer du pancréas]]
[[Catégorie:Mort d'un cancer du foie]]
[[Catégorie:Mort d'un cancer aux États-Unis]]
[[Catégorie:Décès à Boston]]


Le Parergon, un outil pédagogique visant à servir de cadre à l'appréciation des œuvres d'art.


Les œuvres d'art sont des produits humains. Une anthropologie est donc sous-entendue derrière le monde de l’œuvre. L'arrière-monde de l’œuvre, c'est-à-dire ce qui y est caché et qu'il s'agit de découvrir : ce que l'artiste (créateur au sens humain du terme) avait comme intention, qu'il importe de faire communiquer avec le résultat de cette intention. L’œuvre et l’œuvre en soi, le second étant le sens (ou l'essence) de l’œuvre, sont connectées. L'appréciation est la réception raisonnée de l’œuvre d'art. Pour faire une appréciation, on examine l’œuvre, ce qu'il y a à apprécier. Une roche exposée dans un musée par un artiste n'est pas à apprécier de la même manière qu'une roche dans la nature. Faut-il alors opposer nature et culture ?


Le Parergon, c'est l'initiative de reconstruire, bien sommairement et abstraitement, le cadre de ma pratique artistique.


Tête d'un cheval tirant le char de Séléné. Figure O du fronton Est du Parthénon, vers 447-433 av. J.-C.


Mon art, qui vient après le dadaïsme, le constructivisme, le surréalisme, le minimalisme, le dadaïsme, le nouveau réalisme, simulationnisme, est du médiologisme !


Lorsque j'ai parlé de mon travail artistique à Amar Djaballah, il m'a dit que j'étais dans le méta. Dans mes cybercarnets, je propose d'aborder la thématique du méta dans mon travail. Je regarde mon travail de haut ou plutôt d'en haut, pendant que je suis en train de le faire.


Dans l'art conceptuel, l'effort du labeur change de lieu, pour se loger davantage dans l'esprit que dans la main. À la limite, dans ce type d'art, l’œuvre peut être réalisée par une autre main que celle de l'artiste, mettant en question le lien traditionnel entre art et artisanat. Cette attitude est typique d'une société surindustrialisée, me semble-t-il. Métamodernisme ?


L'art de Duchamp n'est pas le rejet de la matérialité, mais le délaissement de l'artisanat manuel au profit de l'artisanat mental.



« Les vers des plus anciens poèmes français n'ont pas de rimes, mais seulement des assonances. On dit que deux vers assonent entre eux quand leur dernière voyelle accentuée est la même voyelle. Il n'est pas nécessaire que les phonèmes ou sons qui suivent ou précèdent immédiatement cette voyelle se ressemblent ou soient absolument différents dans les deux vers. Peu importe l'orthographe, mais il est indispensable que ces voyelles se prononcent pareillement, qu'elles aient le même timbre » (Michael Jarrell).
Pierre-Luc VERVILLE