2018-11-26

De ce qui a rapport à l'amour

L’attirance, affective ou physique, qu'en raison d'une certaine affinité, un être éprouve pour un autre être, auquel il est uni ou qu'il cherche à s'unir par un lien généralement étroit, nous en parlons toujours, souvent nous l’éprouvons, l’apprenons, la découvrons par une expérience personnelle, mais ne sommes pas ou presque pas capable d’en élaborer, d’en recevoir dans son esprit la représentation nette. Le fait, ou témoignage, le raisonnement susceptible d'établir de manière irréfutable la vérité ou la réalité de cela est que nous la mettons en pièces, en morceaux, en lambeaux, sans nous servir d’un instrument tranchant, entre ce qui présente l’opposition la plus extrême, la plus radicale – passion de l’amour (principalement physique) et communion, relation intime, union mystique de deux âmes, plaisir qui est primitif, sauvage, non domestiqué, et principe de lien spirituel, moral qui pousse à aimer de manière désintéressée isolé, par l'analyse de manière à le considérer en lui-même et pour lui-même ou dénué de toute signification. En guise de développement consistant à faire comprendre, à éclaircir cela : la réflexion critique sur les problèmes de l'action et de la connaissance humaine; l’effort vers une synthèse totale de l'homme et du monde, nous a amené à être convaincu par un argument logique ou faisant appel aux sentiments de l’expliquer, de chercher à la rendre compréhensible à partir l’organisation du psychisme se rapportant au sujet de qui, en lui permettant d'avoir connaissance de ses états, de ses actes et de leur valeur morale, lui permet de se sentir exister, d'être présent à lui-même, comme une chose qui diffère légèrement, détournée de son cours naturel et qui n'est pas rationnel, du principe de la vie psychique qui rayonne, donne une bonne lumière, qui illumine, qui permet de voir. Elle est placée plus bas, à un niveau inférieur, celui de la tendance d'origine affective caractérisée par son intensité et par l'intérêt exclusif et impérieux porté à un seul objet entraînant la diminution ou la perte du sens moral, de l'esprit critique et pouvant provoquer une rupture de l'équilibre psychique, qui a un caractère malsain, qui n'appartient pas au domaine de la raison, ne provient pas du raisonnement, qui, en raison de sa nature, ne correspond pas à une valeur clairement définissable (Marion, 2004).
Pierre-Luc VERVILLE